Foire à questions

Langues

 
 

Panier

 x 

Panier Vide

Enthousiasmé par l'idée de cultiver des champignons gourmets à la maison, impatient de goûter l'incomparable fraîcheur que seule une trousse de culture peut vous procurer, vous avez joint l'aventure Champignons Maison et questionnez maintenant votre sac de mycélium du regard à savoir quand se décidera-t-il à vous offrir ses premiers champignons.

Combien de jours dois-je patienter avant de voir les premiers signes de fructification ?

Bien que certaines trousses fructifient dans les jours suivant l'ouverture & le bassinage du sac, on doit généralement compter 10 à 15 jours avant de voir apparaitre les primordium. À partir de ce moment, les champignons se développeront à vue d'oeil, doublant de volume à chaque jour durant une période s'étalant sur environs 5 jours.

Quand sait-on qu'il est temps de récolter les champignons ?

Tout au long de la fulgurante croissance des champignons, on observe qu'à mesure que les chapeaux gagnent en volume & se déploient, leurs rebords se déroulent graduellement. Le moment idéal de cueillette survient juste avant le retournement sur eux-mêmes des rebords de chapeaux des champignons. C'est à ce moment que les champignons offriront leur chair la plus tendre & leur saveur la plus prononcée. Le lendemain, lorsque les rebords seront entièrement retournés & que les pleurotes auront les lamelles au vent, il sera plus que temps de les cueillir.

Comment cueille-t-on les champignons ?

Il est recommandé de saisir le bouquet de champignons à la base et de tirer doucement, dans un léger mouvement de rotation du poignet. Si vous préférez tailler les bouquets au couteau, il est fortement conseillé de s'assurer qu'aucune partie de la tige ne reste attachée au bloc de culture. Ces cadavres de tiges ne tarderaient pas à s'assécher au mieux, à offrir une porte d'entrée parfaite pour les organismes concurrents au pire.

Comment conserver les champignons ?

Les pleurotes peuvent être aisément séchés en les laissant quelques jours dans un environnement sec. Un comptoir de cuisine ou un rayon d'étagère font amplement l'affaire. Il est de plus possible de fabriquer un séchoir à partir de presque rien si vous avez l'âme du bricoleur.

Lorsque gardés au frigo, les champignons entrent en dormance, mais ont tout de même besoin de respirer. Il est donc préférable de les garder dans un sac de papier ou dans un contenant qui permet un certain échange d'air (quitte à trouer un sac plastique de type zip-lock ou à ne pas fermer hermétiquement un pot masson ou autre contenant).

Que faire si aucun champignon n'apparait ?

Vérifiez tout d'abord les signes de santé du mycélium ( l'humidité, l'odeur & la couleur ) puis initialisez le kit de nouveau.

L'humidité :

La clef de voute de la culture des champignons est l'humidité : le poids final d'un champignon frais se compose de 80 à 90% d'eau. Il faut donc s'assurer que l'environnement de culture offre un taux d'humidité ambiante d'au moins 40%, idéalement de 50 à 90% (ce taux peut être très localisé et n'implique pas de transformer la cuisine en bain de vapeur permanent !)

À défaut d'avoir un indicateur d'humidité numérique, toucher le mycélium (avec un doigt le moins sale possible) donnera une bonne idée de l'état d'humidité dans le bloc.

Si le bloc de culture est sec au touché, faites-le bassiner 12 à 24 heures afin qu'il se gorge d'eau. Veillez ensuite à éviter qu'il s'assèche de nouveau en évitant les expositions prolongées à la lumière directe du soleil, augmenter l'humidité relative par les techniques de la tente d'humidité, du bol d'eau ou toute autre stratégie qui vous semblent sensée.

L'Odeur :

Le mycélium de pleurote a une odeur très agréable - quelque chose qui suggère l'anis vanillée- contrairement à celles dégagées par les organismes susceptibles de contaminer la trousse.
Si ça sent mauvais, c'est habituellement mauvais signe !

Les Couleurs :

Le mycélium pur est généralement blanc et comme nos trousses de cultures sont cultivées sur marc de café, les métabolites issus de l'activité biologique du mycélium produisent des taches beiges, brunes ou orangées. Ces teintes sont normales.

Si votre kit de culture prend des teintes vert-bleutées, rose-orangées ou développe des mousses noires, c'est qu'il est la proie d'organismes compétiteurs. Lorsque identifiés rapidement, il est possible de sauver la mise. Si on attend quelques jours, les contaminants proliféreront jusqu'à rendre extrêmement difficile la conservation de la souche de culture.

Pour réinitialiser la trousse de culture, faites-lui subir un choc thermique en la plaçant 12 à 24 heures au réfrigérateur puis bassinez la de nouveau. Elle craindra "l'arrivé de l'automne" et redoublera de volonté pour fructifier.

Lorsque rien n'y fait

Attendez au moins 18 jours suivant le dernier bassinage avant d'entreprendre des manipulations d'envergures visant à brusquer encore davantage un mycélium paresseux. Tant qu'il ne donne pas de signe de contamination ou d'épuisement, il en viendra a fructifier lorsqu'il aura réuni ses "conditions gagnantes". 

Une manière de bouleverser son monde est de transférer le mycélium vers un autre substrat / source de nutriment. Mélangez-le à n'importe quel produit du bois dont le carton, du marc de café et/ou de thé, de la jute, du chanvre, du coton ou toute autre source de carbone contenant ou imitant la lignine et la cellulose. Vous pouvez aussi utiliser le mycélium pour inoculer des souches, buches ou rondins de bois franc (feuillus).

Il faut alors compter quelques semaines afin que le déploiement du mycélium soit complet. On peut alors reprendre les étapes du début (froid, trempage puis maintien d'un bon taux d'humidité) avec des quantités de mycélium qui se seront décuplées. Si ces détours testent les limites de votre intérêt pour la culture de champignons, consultez notre politique d'échange.